La perte d’un être cher est l’une des étapes les plus rudes de la vie. Le deuil peut être une épreuve très douloureuse, mais elle n’est pas insurmontable. Pour surmonter cette amère épreuve qui malheureusement fait partie de la vie, il est essentiel se donner du temps et surmonter les étapes du deuil. Pour Elisabeth Kübler Ross, la psychiatre suisse spécialisée dans les études de la mort, chaque personne traverse différentes étapes du deuil, sans forcément les vivre dans le même ordre. La durée de chaque phase varie également d’une personne à l’autre. La théorie d’Elisabeth Kübler-Ross nous apprend que l’on peut classer les stades de la douleur en 5 phases principales.

#1 Phase de rejet et de déni

Lorsque nous faisons face à une perte qui nous cause beaucoup de douleur, notre corps essaie de nous défendre contre une telle souffrance, en la niant. Nous nions donc ce qui s’est passé en raison de l’état de choc dû à la perte. Émotionnellement, il y a une absence de réaction : la personne est consciente de ce qui s’est passé mais ne veut pas et ne peut pas l’accepter.

jeune fille en deuil mais refusant le décès d'un proche

#2 Phase de colère

Lorsque nous commençons à réaliser ce qui s’est passé, nous commençons aussi à ressentir de la colère. Nous nous demandons ce que nous avons fait pour mériter cette souffrance. Nous nous sentons en colère contre ceux qui nous ont blessés et contre la vie elle-même. Et nous avons tendance à blâmer quelqu’un parce que nous pensons que la situation est injuste. Il peut arriver que nous nous sentions responsables d’une manière ou d’une autre. Parfois nous nous sentons coupable de n’avoir pas pu éviter la perte.

La phase de colère peut être considérée comme positive car si quelqu’un déclenche ce sentiment en nous, nous finissons par vouloir l’éviter et essayons de le sortir de notre vie. Mais il faut faire attention à ne pas s’enliser dans la colère car elle finirait par nous hanter !

#3 Étape de règlement ou de négociation

Notre esprit de retour pour survivre, dans ce moment de grande douleur, commence à négocier. C’est le moment où l’on essaie de comprendre ce que l’on est capable de faire et dans quelles situations on peut à nouveau s’investir émotionnellement. Nous essayons de reprendre le contrôle de notre vie en nous lançant sur autre chose, sur de nouveaux projets et de nouveaux amis. Mais la perte n’a pas encore été traitée et la douleur peut revenir à tout moment : c’est la période des « hauts et des bas » !

#4 Stade de la dépression

L’alternance de moments douloureux et de tentatives de réaction nous amène à tomber dans un état de tristesse continu. À ce stade, nous commençons à prendre note de ce que nous avons perdu. La douleur fait encore très mal, elle est vivante, forte et présente. Les conséquences sont également au niveau physique. Plusieurs troubles de la santé apparaissent :

  • maux de tête,
  • prise ou perte de poids,
  • irritabilité,
  • trouble du sommeil
  • somnolence apparaissent.

#5 Phase d’acceptation

Le temps change les choses nous permettant de terminer le processus d’élaboration. La dernière phase est d’accepter la perte : c’est la seule façon de réagir et de se sentir prêt à reprendre sa vie en main. L’intérêt pour les gens et les projets revient et surtout on arrête de se culpabiliser ! À ce stade, nous avons pu comprendre la perte, tourner la page. Cela ne signifie pas oublier votre proche ou ne plus ressentir de douleur. C’est plutôt avancer malgré la souffrance, donner un sens à cette perte en, continuer à alterner moments de bonheur ou moments de tristesse. Mais tout cela se fait de manière de plus en plus ténue au fil des jours. C’est dans cette phase qu’on peut se rapprocher de services funéraires comme Le coq funéraire.