Proposée comme technique d’apaisement, la magnétothérapie suscite un regain d’intérêt depuis quelques années. Détracteurs, comme partisans, ne tarissent pas d’arguments pour étayer leur point de vue. En quoi consiste-t-elle réellement ?

D’où provient la magnétothérapie ?

Littéralement « thérapie magnétique », la magnétothérapie est l’usage d’aimants à des fins thérapeutiques. Elle existe depuis l’antiquité dans de nombreuses cultures. Les premières utilisations furent exercées par des guérisseurs et des magiciens.

En effet, la reine Cléopâtre d’Égypte aurait porté une amulette magnétique pour préserver sa beauté. Les Grecs, à cette époque, estimaient que les pierres possédant un magnétisme naturel pouvaient guérir toutes sortes de maladies. Cette croyance a motivé une approche plus rationnelle et scientifique de l’usage des aimants.

Les travaux d’Hippocrate sur l’usage des champs magnétiques sur le corps humain révèlent l’intérêt des savants de l’époque pour cette méthode. Aristote et Pline ont fait l’éloge de l’usage des pierres magnétiques dans le traitement de plusieurs maladies comme les affections oculaires et la goutte. Dans l’Atharda-Véda, un texte sacré indien, un pouvoir analgésique et antipoison est attribué aux aimants. Cet intérêt présent depuis l’antiquité est demeuré vivace au long des époques.

Ainsi, dès la Renaissance puis au XVIIIe siècle, de nombreux savants comme Paracelse, Mesmer et Laplace ont eu à effectuer des recherches. Des publications furent publiées respectivement en 1777 par l’abbé Lenoble et en 1782 par Harsu Jacob sur l’usage pratique des champs magnétiques pour restaurer ou préserver la santé.

La magnétothérapie telle que connue de nos jours découle des travaux de plusieurs scientifiques dont les plus récents sont ceux de Lakhovsky et Tesla. Ces derniers élaborèrent en 1920 un appareil capable de générer des champs magnétiques. Cet appareil fut perfectionné après 1945, en France par Antoine Prioré et aux États-Unis par Basset, Becker et Pilla.

Quels sont les matériaux utilisés en magnétothérapie ?

La matière fondamentale employée en thérapie magnétique est l’aimant. Il peut être sous deux formes : les aimants statiques et les aimants pulsés.

Les aimants statiques

Les aimants statiques ou permanents possèdent un champ électromagnétique constant et stable avec une bonne intensité. Ils peuvent s’utiliser au quotidien et de manière autonome. Ils sont habituellement vendus sous forme de bracelets et bijoux magnétiques de différents styles pour tous, femmes comme hommes, mais aussi pour les animaux de compagnie.

Vous en trouverez très souvent confectionnés en cuivre, un excellent métal bénéfique pour le corps humain, mais aussi en d’autres matériaux pour vous offrir du choix. Si vous avez à choisir un bracelet magnétique, vous disposerez d’une large gamme en termes d’esthétique. La plupart des concepteurs ont veillé à créer des pièces au visuel très beau.

Les aimants pulsés

Les aimants pulsés quant à eux génèrent un champ électromagnétique variable. Ils nécessitent une source d’énergie électrique pour leur fonctionnement. Ils sont commercialisés sous forme de petits appareils. Contrairement aux précédents, ils ne doivent pas être utilisés sans la supervision d’un professionnel. Ces types d’aimants sont appliqués uniquement sur les parties à traiter et ceci de façon codifiée. Le traitement se fait en plusieurs séances.

bracelet magnétothérapie

Qu’en est-il de l’évolution de la magnétothérapie ?

Depuis l’usage antique comme cure de jouvence, la magnétothérapie a connu de nombreuses applications. Il a été utilisé comme antalgique déjà à l’époque antique. La capacité à potentiellement favoriser la fécondité lui a été attribuée par Hippocrate. Il aurait même été utilisé comme test de fidélité. L’usage le plus commun est celui de soulager certains maux et certaines douleurs.

De nombreuses théories ont été élaborées à propos de son mode d’action. Selon certaines, la maladie serait la résultante du déséquilibre des champs électromagnétiques du corps. La thérapie a donc pour effet de rétablir l’harmonie entre ces champs. L’influx magnétique d’après eux stimulerait la circulation sanguine, la rendant plus fluide. Les organes notamment seraient ainsi mieux irrigués et leur fonctionnement serait par conséquent optimisé.

De façon pratique, dans un premier temps, la magnétite fut utilisée sous forme brute. Les morceaux de la magnétite, pierre ayant la capacité d’attirer du métal, étaient posés directement sur la partie à traiter. Ils étaient aussi incrustés dans des amulettes et des bijoux. Par la suite, elle fut utilisée sous forme d’emplâtre (remède sous forme d’une substance consistante et gluante se ramollissant à la chaleur et adhérent à la peau), également appliqué directement sur l’endroit du corps à traiter.

De nos jours, les emplâtres ont cédé la place aux aimants statiques en néodyme, essentiellement commercialisés sous forme de bracelets et bijoux. On retrouve néanmoins les aimants dans d’autres supports comme les orthèses ou les manchons pour l’eau magnétisée. L’usage de la magnétothérapie actuellement est donc multiforme.

Les indications aussi sont nombreuses :

  • douleurs rhumatismales,
  • asthme,
  • retards de consolidation des fractures,
  • céphalées,
  • plaies,
  • paralysies…

Il est important de ne pas considérer cette thérapie comme remède miracle. Elle ne saurait en aucun cas remplacer une consultation en médecine conventionnelle.

La magnétothérapie est une technique alternative. Assimilée à du charlatanisme par certaines personnes, elle semble pourtant avoir fait ses preuves. Un consensus sur son absence d’effet délétère sauf cas très particulier (porteur de pacemaker, allergies…) existe. De beaux et longs jours l’attendent au vu du nombre non négligeable de ses adhérents.