Pour la plupart des consommateurs, le plaisir est le moteur de la consommation de drogues dites récréationnelles.

Mais que ce soit le plaisir que l’on recherche, ou le soulagement et le traitement thérapeutique, les avantages ont généralement un coût : un certain risque de préjudice ou de compromission en matière de santé. Bien que les médecins et les scientifiques arrivent de plus en plus à la conclusion que le cannabis est souvent une alternative plus sûre aux opioïdes, par exemple, fumer de l’herbe ne fait malheureusement pas exception.

Que vous utilisiez de l’herbe, de l’huile ou de la résine, et que vous l’utilisiez à des fins médicales ou récréatives – mais surtout pour les patients – le plus grand risque encouru lorsque l’on fume de l’herbe est la fumée elle-même.

C’est la combustion, et non le cannabis lui-même, qui est en cause. La fumée de cannabis contient le même type de substances chimiques cancérigènes que la fumée de cigarette. Toutefois, contrairement à la fumée de cigarette, les chercheurs n’établissent pas de lien entre la consommation de marijuana et l’augmentation du risque de cancer : selon le docteur Donald P. Tashkin, professeur émérite de médecine à la David Geffen School of Medicine de l’UCLA : « Les résultats d’un nombre limité d’études épidémiologiques bien conçues ne suggèrent pas un risque accru de développement d’un cancer du poumon ou des voies aériennes supérieures lié à une consommation légère ou modérée. » Et même un usage intensif présente « des risques bien plus faibles de complications pulmonaires » que le tabagisme, selon Tashkin.

Peut-on avoir le beurre et l’argent du beurre ici ? La science répond oui en partie à cette question.

Mais fumer de la marijuana « provoque des lésions visibles et microscopiques des grandes voies respiratoires qui sont systématiquement associées à une probabilité accrue de symptômes de bronchite chronique qui disparaissent après l’arrêt de la consommation », selon Tashkin.

vaporiser de l'herbe est plus sain que d'en fumer

Qu’est-ce que la vaporisation apporte ici ?

La vaporisation semble réduire les effets nocifs du tabagisme sur les poumons comme expliqué dans cet article. Ce n’est pas rien, car le plus grand risque quand on fume de l’herbe est la fumée elle-même.

À la différence d’un joint ou d’un bang, les vaporisateurs chauffent le cannabis à des températures qui libèrent les cannabinoïdes, ces molécules sécrétées par les fleurs de cannabis qui vous font planer et soulagent toute une série de symptômes, dont la douleur, la nausée, l’anxiété et l’inflammation.

Le résultat est que les symptômes respiratoires comme la toux, le flegme et l’oppression thoracique… sont moins graves chez les utilisateurs d’un vaporisateur, selon le Dr Mitch Earlywine, chercheur en toxicomanie et professeur de psychologie à l’Université d’État de New York à Albany.

Il a également été démontré que l’impact positif relatif de l’utilisation d’un vaporisateur est plus important à mesure que la quantité de cannabis utilisée augmente. Selon les auteurs de l’étude, « les utilisateurs réguliers de joints, de blunts, de pipes et de pipes à eau pourraient réduire leurs symptômes respiratoires en passant à un vaporisateur. »

Une consommation plus sûre peut également être plus agréable

D’après une étude de 2014 menée par le Global Drug Survey, une société de recherche indépendante basée à Londres, les résultats semblent suggérer qu’une consommation de drogue plus sûre peut être une consommation de drogue plus agréable : sur 10 facteurs de réduction des risques identifiés et notés par 38 000 consommateurs de cannabis dans l’enquête,  » Utiliser un vaporisateur  » est arrivé en tête en termes d’importance pour réduire les risques.

En outre, 57 % de ces personnes ont déclaré que l’utilisation d’un vaporisateur améliorait également leur « plaisir lié à la consommation de cannabis ».

Une autre étude de 2016 menée via une enquête en ligne par une équipe de chercheurs de Dartmouth, « Characterizing Vaporizer Use Among Cannabis Users » a conclu :

« Ceux qui ont préféré la vaporisation à la combustion ont déclaré qu’elle était plus saine, offrait un meilleur goût, produisait de meilleurs effets et était globalement plus satisfaisante. »

Il est certain que le vapotage est devenu moins une tendance et plus une décision consciemment prise par la nouvelle école de consommateurs de cannabis, et les utilisateurs de cannabis de longue date qui recherchent un high plus sain.