Les termes « médecine allopathique » et « allopathie » sont les termes péjoratifs archaïques qu’utilisent les spécialistes en homéopathie pour désigner la médecine scientifique moderne qui utilise des principes actifs ou des interventions physiques pour traiter ou supprimer les symptômes ou les processus physiopathologiques des maladies. L’expression a été inventée en 1848 par le fondateur de l’homéopathie, Samuel Hahnemann, en référence à la médecine galénique qui, selon lui, utilisait des médicaments sans rapport pathologique avec la maladie. Dans les milieux homéopathiques, le terme médecine allopathique est même utilisé pour désigner la large catégorie de pratique médicale que l’on appelle parfois médecine occidentale, biomédecine, médecine factuelle ou médecine moderne.

Définition de la médecine allopathique

La médecine allopathique fait référence à un système dans lequel les médecins et autres professionnels de la santé (les infirmières, les pharmaciens et les thérapeutes) traitent les symptômes et les maladies à l’aide de médicaments, de radiothérapie ou de chirurgie.

L’allopathie est aussi appelée biomédecine, médecine conventionnelle, médecine classique, médecine orthodoxe et médecine occidentale. Les médecins allopathes reçoivent un doctorat en médecine. Leurs responsabilités sont diverses et concernent le maintien de la santé, y compris les soins aigus et la prévention. Les médecins allopathes peuvent choisir de pratiquer dans un certain nombre de domaines de spécialité différents, ainsi que de bâtir une carrière dans l’enseignement ou la recherche. 

Après l’école de médecine, tous les médecins sont tenus de suivre une formation complémentaire. C’est à ce moment qu’ils choisiront le domaine clinique qu’ils souhaitent approfondir. Un médecin peut choisir parmi un certain nombre de spécialités différentes qui varient en fonction du nombre d’années de formation postdoctorale requises.

Les médecins pratiquent dans un certain nombre de contextes différents, y compris la pratique privée, la pratique de groupe, les centres médicaux universitaires, les laboratoires de recherche, les hôpitaux, les cliniques, l’industrie, l’armée ou le gouvernement.

L’école de médecine dure environ quatre ans. Typiquement, la première année et la deuxième année se concentrent sur l’apprentissage didactique des sciences fondamentales et les deux années suivantes se concentrent sur la formation clinique à l’hôpital. Cependant, il existe de nombreuses variantes à ce modèle et la plupart des facultés de médecine intègrent la formation clinique au cours des quatre années. Après avoir terminé leurs études en médecine, les médecins entrent généralement dans des programmes de formation en résidence d’une durée de 3 à 8 ans.

Le principe de la médecine allopathique

La médecine allopathique repose sur le principe d’Hippocrate : contraria contrariis curantur (les contraires sont guéris par les contraires). La médecine allopathique est une médecine traditionnelle, qui est scientifiquement fondée et que la plupart des gens considèrent comme la norme. Ce type de médecine implique l’utilisation de médicaments allopathiques, de traitements et de vaccins pour les soins aux patients et la prévention.

La médecine allopathique considère le parfait fonctionnement de l’organisme comme un état de santé, sans tenir compte de l’équilibre fondamental entre le corps, l’âme et l’esprit. L’allopathie ne considère la maladie que comme une altération organique et fonctionnelle.

La médecine allopathique repose fondamentalement sur le traitement des maladies par des médicaments qui agissent par le mécanisme des « opposés ». C’est-à-dire :

  • S’il y a grippe, un antigrippal est fourni ;
  • s’il y a de la fièvre, un antipyrétique est prescrit;
  • Contre une inflammation, un anti-inflammatoire est prescrit.

La médecine officielle fonde son traitement principalement sur le mal qui afflige le patient. Elle se concentre davantage sur la maladie et pas tant sur le patient. En ce sens, elle est considéré comme mécaniste et régionaliste (elle se concentre sur la région anatomique du conflit).

Face à une affection particulière, elle propose de prescrire des traitements consensuels à cette pathologie, en faisant abstraction de l’approche individuelle qui concerne le patient dans un contexte intégratif. Ainsi, en médecine allopathique, il peut y avoir 10 patients asthmatiques qui sont tous traités avec le même schéma thérapeutique.

Applications de la médecine allopathique

Moult spécialités

La médecine allopathique couvre une diversité de pathologies réparties en différentes spécialités comme :

  • L’allergologie : spécialité qui étudie le système immunitaire et traite les maladies connexes.
  • L’angiologie : spécialité qui traite du diagnostic, du traitement et de la rééducation des patients souffrant de maladies du système cardiovasculaire et du système lymphatique.
  • La cardiologie : spécialité qui étudie toutes les pathologies concernant le cœur et le système cardiovasculaire.
  • L’hématologie : spécialité qui traite les maladies du sang et des organes hématopoïétiques.
  • L’endocrinologie : spécialité qui étudie les maladies liées au métabolisme et aux glandes endocrines.
  • La gastro-entérologie : spécialité qui étudie et traite les maladies gastro-intestinales
  • L’infectiologie : cette discipline clinique intègre à la fois les aspects immunologiques et microbiologiques des infections.

Variété de traitements

Les docteurs en médecine allopathique et autres professionnels de la santé utilisent une gamme de traitements pour traiter les infections, les troubles et les maladies. Ceux-ci incluent des médicaments sur ordonnance tels que :

  • Les antibiotiques (pénicilline, amoxicilline, vancomycine, augmentine);
  • Les médicaments contre l’hypertension (diurétiques, bêtabloquants, inhibiteurs calciques);
  • La chimiothérapie;
  • Les médicaments contre le diabète (metformine, sitagliptine, inhibiteurs de la DPP-4, thiazolidinediones);
  • Les médicaments contre la migraine (ergotamines, triptines, antinauséeux).

Certains types de médicaments sur ordonnance remplacent les hormones lorsque le corps ne peut pas en produire suffisamment :

  • L’insuline (dans le diabète);
  • Les hormones thyroïdiennes (dans l’hypothyroïdie);
  • L’œstrogène;
  • La testostérone;

Les professionnels de la médecine allopathique peuvent également recommander des médicaments en vente libre tels que :

  • Analgésiques (acétaminophène, aspirine, ibuprofène);
  • Relaxants musculaires;
  • Antitussifs;
  • Médicaments contre le mal de gorge;
  • Onguents antibiotiques.

Les traitements courants de médecine allopathique comprennent également :

  • La chirurgie et les actes chirurgicaux;
  • Les radiothérapies.

Quelles sont les précautions à prendre concernant la médecine allopathique ?

Certes l’utilisation des antibiotiques et l’amélioration des connaissances médicales générales ont fait disparaître de nombreuses maladies, mais celles qui subsistent (et elles sont si nombreuses) sont encore ingérables, dans le sens où la loi de la guérison totale n’est pas satisfaite. Pour de nombreuses pathologies le médecin soulage les symptômes. Il tend à bloquer la maladie, mais, une fois qu’elle s’est manifestée, si la chirurgie n’est pas pratiquée, les chances d’éradiquer la maladie sont très faibles.

Plutôt que de s’attaquer à la cause profonde de ces conditions par des changements de mode de vie, la médecine allopathique donne la priorité aux médicaments qui n’offrent au mieux qu’une chance marginale d’avantages à long terme pour les individus, dont la plupart n’obtiendront aucune amélioration de leur état de santé.

La médecine moderne, par la surprescription, représente une menace majeure pour la santé publique. Peter Gøtzsche, co-fondateur de la réputée revue Cochrane, estime que les médicaments prescrits sont la troisième cause de décès dans le monde après les maladies cardiaques et le cancer.

La réalité est que les changements de mode de vie réduisent non seulement le risque de maladie future, mais leurs effets positifs sur la qualité de vie se produisent en quelques jours ou semaines. Les patients assez malchanceux pour souffrir des effets secondaires des médicaments prescrits peuvent voir leur qualité de vie se détériorer pour de petits avantages à plus long terme.