La varicelle est l’une des rares maladies infectieuses caractéristiques de l’enfance. En France, environ 700.000 cas sont signalés chaque année, dont la plupart touchent des enfants jusqu’à l’âge de 9 ans. La varicelle est une maladie très contagieuse causée par le virus VZV. Parfois, un seul contact avec une personne infectée suffit à développer une infection, et le patient est le plus contagieux dans la période de 1 à 2 jours précédant l’apparition de l’éruption cutanée. Il reste contagieux jusqu’à l’apparition des dernières croûtes.

Qu’est-ce que la varicelle ?

La varicelle est une maladie infectieuse causée par une infection primaire du virus varicelle-zona (VZV). La maladie apparaît le plus souvent dans l’enfance. Le principal symptôme est l’éruption cutanée caractéristique qui apparaît après plusieurs jours de symptômes non caractéristiques.

varicelle symptômes

L’éruption apparaît initialement sous forme de grumeaux qui se transforment en vésicules puis deviennent des pustules qui sèchent en croûtes après quelques jours. Les changements se produisent principalement au niveau du visage et du torse.

La nature multiforme des changements associée à la survenue de changements à différents stades de leur évolution est caractéristique. L’évolution de la maladie est généralement bénigne, mais il peut y avoir des complications infectieuses potentiellement graves telles que des éruptions cutanées, une pneumonie et des complications neurologiques.

L’infection primaire au VZV au cours du premier trimestre de la grossesse est associée au risque de mort ou de lésions fœtales sous la forme d’un syndrome de variole congénitale.

Quelles sont les causes de la varicelle ?

La varicelle est une maladie infectieuse aiguë causée par le virus varicelle-zona, l’un des huit virus connus de l’herpès. L’homme est le seul réservoir du virus. La source de l’infection est une personne malade atteinte de varicelle et moins souvent de zona. La varicelle est l’une des maladies infectieuses les plus contagieuses, en particulier dans les premiers stades de l’éruption cutanée. Elle infecte jusqu’à 90 % des personnes qui n’ont jamais été en contact avec le virus de la varicelle.

La transmission de personne à personne se produit par voie aérienne via des gouttelettes respiratoires en suspension dans l’air lorsqu’une personne affectée tousse ou éternue, ou par contact direct avec une lésion de varicelle ou de zona. Pendant la grossesse, le virus peut être transmis à l’embryon ou au fœtus via le placenta.

A partir du jour du contact avec la personne atteinte de varicelle, il s’écoule entre 14 et 21 jours avant que la maladie n’apparaisse, tandis que la période de contagion débute deux jours avant l’apparition des premières cloques.

Dans les pays où une grande partie de la population est vaccinée, on observe quelques cas de récidive de varicelle, ou de zona chez les enfants non vaccinés.

Quels sont les symptômes de la varicelle ?

Eruption cutanée, fièvre légère, maux de tête et autres malaises

Après une incubation de 2 à 3 semaines, la maladie débute par une éruption cutanée, une fièvre modérée et des symptômes généraux légers tels que des malaises et des maux de tête. Pendant 3-4 jours, de petites papules roses prurigineuses apparaissent sur la tête, le tronc, le visage et les membres, par vagues successives. Les papules évoluent en vésicules, puis en pustules et enfin en croûtes granuleuses, destinées à tomber. Typiquement, l’éruption se compose de 250 à 500 lésions.

Symptômes graves

La varicelle est généralement une maladie bénigne qui guérit en 7 à 10 jours. La maladie a tendance à avoir une évolution plus agressive chez les adolescents et les adultes, et peut être particulièrement grave si elle touche les personnes immunodéprimées (personnes infectées par le VIH, personnes sous chimiothérapie ou traitées avec des stéroïdes pour l’asthme ou d’autres maladies).

Complications

Les complications de la varicelle sont rares chez les enfants en bonne santé et surviennent principalement chez les personnes immunodéprimées, les nourrissons et les adolescents ou les adultes. Une surinfection bactérienne des lésions cutanées, une thrombocytopénie, une arthrite, une hépatite, une ataxie cérébelleuse, une encéphalite, une pneumonie et une glomérulonéphrite peuvent survenir. La pneumonie est la complication la plus fréquente chez les adultes.

Zona et douleur post-zostérienne

L’infection produit une immunité à vie chez presque toutes les personnes immunocompétentes : il est rare qu’une personne puisse développer cette maladie deux fois. Cependant, le virus n’est pas éliminé du corps, mais reste dormant (généralement à vie) dans les ganglions des racines nerveuses de la colonne vertébrale.

Dans 10 à 20 % des cas, le virus se réveille après des années ou des décennies, généralement après l’âge de 50 ans, donnant naissance à l’herpès zoster, communément appelé « zona ». Des lésions en grappes de type vésiculaire surviennent dans la poitrine. Elles sont parfois accompagnées de douleurs localisées. La douleur qui persiste au-delà d’un mois est appelée névralgie post-zostérienne.

Syndrome de varicelle congénitale

Si la varicelle est contractée par une femme en début de grossesse (au cours des deux premiers trimestres de la gestation), elle peut être transmise au fœtus, provoquant une embryopathie (syndrome de varicelle congénitale). Les bébés qui ont été exposés au virus de la varicelle in utero après la vingtième semaine de gestation peuvent développer une varicelle asymptomatique, puis un zona au cours des premières années de leur vie.

En revanche, si la mère a eu la maladie entre cinq jours avant et deux jours après la naissance, une forme grave de varicelle chez le nouveau-né peut survenir. Dans ce cas, la mortalité peut atteindre 30 %.

vaccin

Quels sont les traitements de la varicelle ?

Généralement, le traitement est uniquement symptomatique. Les spécialistes recommandent l’usage de médicaments antihistaminiques et antiviraux pour venir à bout des symptômes de la varicelle.

Antihistaminiques

Les antihistaminiques peuvent être utilisés pour les démangeaisons, tandis que le paracétamol peut être utilisé pour la fièvre. Les enfants atteints de varicelle ne doivent pas être traités avec des salicylates (aspirine), car cela augmente le risque de syndrome de Reye.

Antiviraux

Dans les cas les plus à risque de complications (adolescents, personnes atteintes de maladies respiratoires chroniques ou sous traitement stéroïdien) et dans les cas familiaux secondaires, des médicaments antiviraux comme l’acyclovir peuvent être utilisés.

Le traitement antiviral n’est pas recommandé chez les enfants atteints de varicelle par ailleurs en bonne santé. Administré par voie orale dans les 24 heures suivant l’apparition de l’éruption cutanée, il n’entraîne qu’une légère réduction des symptômes. Un traitement antiviral veineux est recommandé chez les patients immunodéprimés.

En général, il est conseillé d’isoler les patients pour éviter la propagation de l’infection. Il est recommandé aux enfants atteints de la maladie de ne pas aller à l’école pendant au moins cinq jours après l’apparition des premières cloques.

Vaccin contre la varicelle

Depuis 1995, un vaccin est disponible. Il est composé de virus vivants atténués. L’efficacité de la vaccination a été estimée à 95 %, dans la prévention des formes modérées ou sévères et de 70 % à 85 % dans la prévention des formes bénignes. Le vaccin est sûr et bien toléré et la protection semble être de longue durée.

Population cible

La vaccination doit être effectuée avec deux doses : la première dose entre 12 mois et 15 mois, la deuxième dose entre 5 ans et 6 ans.

La vaccination est également recommandée chez les personnes suivantes :

  • Enfants plus âgés;
  • Adolescents et adultes qui n’ont jamais été vaccinés et qui n’ont pas encore contracté la maladie;
  • Personnes qui, pour des raisons professionnelles, ont un risque plus élevé de contracter l’infection (comme le personnel scolaire) ou de la transmettre à des personnes à haut risque de complications graves (les professionnels de la santé);
  • Femmes en âge de procréer qui n’ont pas encore eu la maladie, afin d’éviter une éventuelle infection pendant la grossesse et les dommages qui en résultent pour le bébé;
  • Personnes à haut risque de varicelle sévère doivent recevoir des immunoglobines intramusculaires (immunoprophylaxie passive) lorsqu’elles sont exposées à des personnes atteintes de varicelle. Ceux-ci doivent être administrés dès que possible et jusqu’à 96 heures après l’exposition;

La vaccination des enfants sensibles dans les 72 heures et au plus tard 120 heures après l’exposition peut prévenir et modifier significativement la maladie. L’acyclovir oral n’est pas recommandé comme prophylaxie.

Dans quels cas il ne faut pas faire la vaccination contre la varicelle ?

Dans certains cas, la vaccination contre la varicelle peut être contre-indiquée. C’est le cas par exemple chez les personnes ayant eu une réaction allergique sévère à une dose précédente ou aux composants du vaccin. Le vaccin contre la varicelle est aussi contre-indiqué chez les personnes présentant un déficit sévère du système immunitaire. La vaccination est également contre-indiquée pendant la grossesse.

Précaution

Les femmes en âge de procréer doivent éviter de tomber enceintes dans le premier mois suivant la vaccination.